L'association‎ > ‎

L'historique de l'APSAP Henri Mondor

Historique de l’APSAP H. MONDOR 

En 1968, à l’ouverture de l’hôpital, création de l’APSAP Henri Mondor.

Sans locaux, plusieurs disciplines réussissent à se développer, en partenariat et avec l’aide de la direction qui permet lorsque les locaux sont inoccupés de pratiquer les disciplines. Gymnastique au réfectoire, Yoga à l’école d’infirmière, gérée en ce temps, par le directeur hospitalier. Quant aux autres disciplines : Foot sur les terrains prêtés ou loués par les municipalités ou les départements et le tennis sur les terrains de l’APSAP Paris au carrefour Pompadour.

En 1984 refonte de l’APSAP Henri Mondor avec l’arrivée de Jean Dromard qui est élu Président, Raymond Risset secrétaire et Yannick Cadet le trésorier, ce trio va tout mettre en œuvre pour développer une véritable structure avec plus de moyens.

En cette période, l’hôpital Henri Mondor et l’hôpital Albert Chenevier constituaient le groupe hospitalier A. Chenevier-Henry Mondor avec une même direction.

L’APSAP A. Chenevier était déjà, depuis plusieurs années, bien constituée et très développée avec une subvention conséquente pour cette période. L’APSAP H. Mondor acquiert en 1985 une subvention identique à celle d’A.Chenevier.

Septembre 1986 R. Risset devient le 1er permanent l’APSAP 94, et d’une petite partie de son temps à l’APSAP H. Mondor.

En 1987 l’APHP propose150 000f pour la construction d’une salle à Henri Mondor et 100 000f par Mr Pipet alors directeur de l’hôpital H. Mondor.

1988 Réception (jamais officialisée) de la salle au 5ème étage de l’ancien logement du personnel (élèves infirmières). Salle éxigue, mal placée (hors bloc et 5ème étage) avec des pans de murs coupant la perspective et la vue d’ensemble.

Le trio, renforcé par la nomination, en 1988, de la demie permanence de Jacques Simonin (pour la section très développée de tourisme et voyage), se charge d’étudier la faisabilité d’une extension des locaux attribués à l’APSAP.

Puis nous recourrons à notre autonomie, en déposant le 29 juin 1994 nos propres statuts et nous annonçons à cette même période la création d’une nouvelle salle de sport dont la première pierre est posée en février 1995. Nous empruntons 900 000francs sur 10 ans pour la réalisation de la moitié de cette salle, le financement de l’autre partie étant à la charge de l’hôpital.

Ces nouveaux locaux sont composés d’une salle de sport confortable, adéquate, spacieuse de 195m² avec 95m² de vestiaires et sanitaires, de deux bureaux de gestions (30m²) et d’une salle dite de réunion (qui deviendra très rapidement une salle d’activité culturelle, Couture, Peinture, Théâtre etc..) de 71m² avec kitchenette (10m²), wc et placard. 

Ces nouveaux locaux sont inaugurés le 8 septembre 1995 par L. Cathala (député maire de Créteil), par Y. Papadatchi (directeur de l’hôpital) et J. Dromard président de l’APSAP H. Mondor. Cette nouvelle structure insuffle un essor considérable, à l’activité de l’APSAP H. Mondor, en permettant l’accès à plus de cotisants (124% pour la seule gymnastique sur 3 ans et 26% sur la totalité des disciplines) et en créant de nouvelles activités.

Puis en 2000 nous constatons une baisse générale de la fidélisation de nos cotisations par un « turn-over » plus conséquents (50% de nouvelles adhésions tous les deux ans) la fuite des anciens adhérents est plus importantes que les nouvelles inscriptions. Nous constatons, dans le même temps, qu’il n’en était pas de même, dans les autres APSAP du Val de Marne qui ont développés une activité de musculation et qui, elles, progressaient.

Nous nous mettons en donc en quête, dès cette année 2000, de surface afin de pouvoir développer une activité de musculation et nous développons un budget « écureuil » afin de « provisionner » de futures dépenses ! Nous pensions garder notre ancienne salle et commencer à installer progressivement du matériel de musculation mais la direction technique voulant récupérer ces locaux ne nous le permet pas en argumentant qu’il y aurait trop de charge au sol ! 

En 2003 sous la pression de la direction des travaux, nous « lâchons », nos anciens locaux contre la création d’une réserve à l’emplacement d’un couloir désaffecté et contre la promesse d’étude d’une expansion de surface pour créer une salle de musculation.

La perte annoncée, en 2006 et effectif en 2007, de notre subvention annuelle APHP H. Mondor (24000€), suivant la loi CMU, qui ne nous permet plus (APSAP, association = société privée) de recevoir une subvention venant d’une administration, nous handicape très fortement et nous incite à « faire du forcing » afin de survivre.

Non sans mal, nous arrivons avec Monsieur Soudan (alors nouveau directeur de l’hôpital) à un consensus sur cette réserve, sise au coté de notre salle de sport, dont une partie pourrait nous être attribuée. A l’arrivée de Mr Bilis (nouveau directeur) tous les obstacles sont éliminés les uns après les autres et les travaux commencent en Janvier 2008 financés pour partie par H.Mondor et une bonne participation de l’APSAP  (60 000€) pris sur les résultats positifs de nos 7 derniers budgets.

Les travaux sont terminés dans les temps en juin 2008. L’équipement (65 000€) sont financés pour une partie 20 000€ à la livraison et 45 000€ en location vente sur trois ans par la société Johnson.

Cette salle de musculation de 145m² avec 18m² de couloir et les vestiaires et sanitaires communs avec ceux de la salle de sport, est inauguré le 10 et ouverte le 15 septembre 20008.aa

Cette création sauve l’APSAP, d’un dépôt de bilan, qui s’affirmait d’année en année depuis la suppression de notre subvention en 2007

Pour la première année d’utilisation nous enregistrons 220 cotisations en musculation (il nous en fallait 180 pour équilibrer notre budget). La première étude des flux d’utilisateurs sur les 4 premiers mois de l’année (52 jours excluant le premier mois de septembre) nous permet de redistribuer et réorganiser la présence des coachs professionnels (2) et des stagiaires (2).

La salle est ouverte 6 jours dans la semaine de 9h à 21 (heure de fermeture). 35 cotisants sont comptabilisés en moyenne par jour avec une moyenne de 3 par heure.

L’affluence maximum horaire est de 12 à 13h les 4 premiers jours de la semaine (5 cotisants en moyenne). La plage horaire de 15 à 19h est la plus dense, elle représente les 46% des utilisateurs journaliers.